FIBROMYALGIE : DOULEUR ÉLEVÉE, ADAPTATION ET MALADIE MENTALE

Tette étude est une diffusion essentielle parmi les patients atteints de fibromyalgie car elle constitue un très bon point pour l’acceptation et la résilience qui découlent du fait de faire face à la fibromyalgie et de l’accepter. Et, les complications que la maladie mentale met sur l’acceptation.

L’étude : Patients atteints de fibromyalgie signalant une douleur intense mais un faible impact du syndrome : caractéristiques cognitives cliniques et liées à la douleur 283 sujets présentant un niveau élevé de douleur due à la fibromyalgie, inclus dans cette étude. De plus, l’étude a été divisée en deux groupes, d’abord ceux à faible impact, deuxièmement ceux à impact modéré à élevé. Les choses qui ont été examinées dans cette étude de recherche étaient le stress perçu, la dépression, l’anxiété, la douleur catastrophique, l’inflexibilité physique et le contrôle perçu de la douleur.

Résultats

Les résultats étaient comme prévu, moins d’anxiété, de stress et de symptômes dépressifs. Avec un moindre catastrophisme de la douleur, un contrôle perçu sur la douleur et une inflexibilité psychologique ont été les résultats du groupe à faible impact. Les prédicteurs significatifs de la relation de groupe entre un impact faible et un impact modéré à élevé dans l’analyse de régression étaient la « fusion cognitive » (inflexibilité psychologique), « l’impuissance » (catastrophisme de la douleur) et la symptomatologie dépressive, ainsi que l’intensité de la douleur et d’autres symptômes de la fibromyalgie.

Conclusion

La présente étude fournit des preuves supplémentaires sur les ressources flexibles dans la douleur chronique en identifiant certaines variables (symptomatologie dépressive réduite, douleur catastrophique et inflexibilité psychologique) caractérisant différemment un profil de patients atteints de fibromyalgie qui sont particulièrement capables de s’adapter à des niveaux élevés de douleur.

Mes pensées

Dépression

Nous savons tous qu’il est impossible de faire face à la douleur lorsque vous êtes en dépression. Et lorsque vous êtes en dépression, cela provoque plus de courbatures et de douleurs, même sans aucune autre condition. Cela complique la gestion de la douleur et augmente la douleur dans la fibromyalgie et compromet la gestion de celle-ci.

Lorsque ma dépression était à son apogée, j’étais dans un impact modéré à élevé et j’ai des problèmes avec le catastrophisme. Je me concentrais sur le pire et je pensais que rien ne s’améliorerait et ne s’améliorerait jamais, alors pourquoi s’embêter à traiter. Son impact a été élevé dans ma vie et bien sûr, la douleur était également élevée.

Et, lorsque ma dépression a été traitée avec succès grâce à la thérapie et aux médicaments, j’ai l’impression de mieux contrôler ma douleur. Vous arrêtez de catastrophiser. En effet, vous avez le contrôle sur les symptômes et les pensées dépressives. Et vous pouvez mieux gérer la douleur, vous pouvez mieux y faire face parce que la douleur intense ne change pas, mais la gestion la rend moins intense.

Faire face à la douleur élevée

L’étude porte sur la douleur élevée, son impact sur la fibromyalgie. Alors, comment faire face à une douleur élevée dans la fibromyalgie, avec un impact élevé et un impact faible avec une douleur élevée ? Eh bien, j’ai eu un impact élevé de la douleur pendant un certain temps. Donc, même si je ne suis pas déprimé et oui, j’ai même résolu tous les problèmes énoncés. Mon niveau de douleur pour la fibromyalgie est le même d’impact modéré à élevé. Et cela n’a jamais changé, seulement ma capacité à faire face et ma capacité à rechercher l’acceptation et la résilience. Ne pas catastropher, ne pas se focaliser sur le pire et ne rien essayer.

Je crois que plusieurs choses aident et que je suis toujours prêt à entreprendre de nouvelles choses pour aider à ma capacité à faire face à la douleur. Je pense que si je ne peux pas réduire la douleur physique, alors peut-être que je peux aider ma capacité à faire face à la souffrance mentale et émotionnelle grâce à la douleur. Alors oui, l’impact était moindre, peut-être à modéré.

Donc psychologiquement, oui, nous gérons beaucoup mieux la douleur lorsque notre maladie mentale comorbide ou nos symptômes d’anxiété et de dépression sont gérés correctement. Parce que nous le gérons mieux émotionnellement et mentalement. On le perçoit différemment, même si physiquement c’est un équivalent, un minimum de mon expérience, physiquement ça n’a jamais changé. Mais nous pouvons mieux faire face à la douleur si nous gérons notre réponse mentale et émotionnelle à la douleur.

Cependant, nous pouvons nous entendre sur le fait que la maladie mentale n’affecte que notre capacité à faire face à la douleur. Et nous devons avoir une gestion efficace de la douleur dans la fibromyalgie, ce n’est qu’alors que nous pouvons développer la résilience et l’acceptation. Mon échec majeur dans l’acceptation est toujours mon trouble dépressif majeur non traité. Qui a refusé de me laisser faire face à la douleur chronique dans ma vie.

Maladie mentale avec conditions douloureuses

Et, je peux dire que nous devons traiter notre maladie mentale ainsi que les conditions de douleur. Cela semble facile, mais ce n’est pas si facile, c’est un travail acharné et cela prend du temps. Et, personne ne s’en sort de la même manière qu’il y paraît. Parfois, la thérapie fonctionne et certainement, elle m’a beaucoup aidé mais pas assez, mon cerveau aussi avait besoin de médicaments. Il m’a fallu environ quatre ans avec la thérapie pour surmonter la dépression par des médicaments et une thérapie. Et, avec l’aide de cela, j’ai fait du bon travail depuis avec la gestion de la douleur.

Puis l’hiver arrive, à côté de son blues hivernal, qui m’a frappé, et un médicament de remplacement s’additionne. Parce que c’est souvent quelque chose que je pourrai affecter tout le temps. Ce que je veux dire, c’est qu’une fois que nous avons la dépression et l’anxiété superposées à la fibromyalgie, cela complique les choses. Ce n’est pas impossible à gérer mais il y a des complications. Nous devons traiter les deux problèmes en même temps, ce qui rend la gestion plus difficile. C’est exactement ce que dit l’étude. Parce que ce n’est que lorsque nous pouvons gérer les symptômes de la dépression que nous pouvons mieux gérer notre douleur.

Gérer la douleur élevée

Mais peut-être que l’impact fluctue même comme le fait notre état psychologique. C’est ce qui le rend si imprévisible. Lorsqu’il s’agit d’un impact modéré, nous nous attendons à ce que nous soyons capables de bien plus. Nous sommes. puis un impact important se produit et nous perdons à nouveau tout ce que nous avons gagné. Parce qu’on ne s’est pas rendu compte qu’on doit rythmer tout le temps et qu’on a limité tout le temps. Et donc l’impact mental et émotionnel fluctue avec le temps, la vie et la douleur.

Mais, lorsqu’il s’agit de gérer une douleur intense, le traitement de ma dépression m’a certainement aidé à survivre. Cela peut être un bon rappel pour nous de concentrer le maximum sur notre état psychologique comme nous le faisons sur notre santé physique. Les deux sont importants et, par conséquent, l’impact sur la façon dont nous faisons face est souvent assez important.

L’étude ne fait que confirmer ce que nous savons déjà que nous faisons une fois que nous sommes dans la dépression et la douleur intense. ce n’est pas un endroit amusant. Mais c’est une bataille sacrément difficile à quitter. Et obtenir un traitement efficace n’est pas aussi facile qu’on pourrait le penser. Et même une fois que nous le faisons… nous devons nous rappeler que nous avons toujours cette maladie mentale et que ce sera un élément de notre traitement pendant une période prolongée. et peut causer des problèmes d’adaptation à tout moment.

Advertisement
Advertisement
⬇⬇Abonnez-vous à la chaîne Youtube⬇⬇ ➡



Pour ceux qui ne comprennent pas la fibromyalgie n'ignorez pas ces symptômes mortels de la fibromyalgie La costochondrite, cause de douleurs thoraciques chez les patients atteints de fibromyalgie Le mystère de la fibromyalgie est enfin résolu! II Fibromyalgie La fatigue liée à la fibromyalgie est plus que la simple fatigue

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *