Fanny court malgré la fibromyalgie

Fanny et Léchouille s'entraînent en moyenne deux fois part semaine.

Diagnostiquée depuis 2005, la jeune femme garde le sourire. Petite, elle détestait la course à pied, aujourd’hui elle se lance le défi Alençon-Médavy.

Marcher pour se soigner

En 2005, Fanny Bodier est diagnostiquée atteinte de fibromyalgie. Une maladie qui lui provoque douleurs musculaires et contractures « dans la mâchoire, le fessier et le bas du dos ».

Parfois la douleur est si forte qu’elle a du mal à tenir debout et assise au travail. C’est au cours d’un rendez-vous avec la médecine du travail, qu’on lui conseille de marcher pour solliciter d’autres muscles que ceux endommagés.

Pour l’accompagner, elle décide d’acheter un chien: Léchouille, un cocker couleur caramel. « On allait marcher une heure par jour en forêt, en campagne. » Aujourd’hui, Fanny ne prend presque plus de médicaments. « Depuis que je cours, je reprends possession de mon corps. Même si j’ai toujours un peu de douleurs, je me sens bien. »

Courir en équipe

« J’ai de très mauvais souvenirs de la course à l’école.Un jour, j’entre dans un magasin qui vend des harnais et ceintures pour courir avec son chien. J’ai trouvé l’idée chouette. Harnais, baskets, tenue… J’ai tout acheté sur un coup de tête. »

Comme elle, le chien a pris goût à l’exercice. « Grâce à Léchouille, je force moins sur mes muscles. Dans les côtes ça m’aide énormément. »

Début de la course

Il y a un an, Fanny s’inscrit sur le groupe Facebook Alençon court qui rassemble des coureurs de plusieurs niveaux. Très rapidement, les sportifs déjà confirmés se proposent pour l’accompagner dans ses premières foulées. « J’ai pu bénéficier de conseils sur les étirements par exemple. » Pour Fanny, ce n’est pas le résultat du classement qui compte mais de tenir la durée. La jeune femme ne courait qu’une vingtaine de minutes au début. « C’est l’avantage de ce sport, on évolue vite. » 5, 6, 10, 12, puis 16 kilomètres.

Alençon-Médavy

Depuis peu, elle est capable de tenir 1 h 48 sur le parcours de la course Alençon-Médavy accompagnée de son fidèle Léchouille. « Je me demandais si j’allais tenir. Le fait d’être entourée par d’autres coureurs ça aide moralement, on ne se décourage pas. Je me suis toujours dit : jamais de ma vie, je ne ferai Médavy. »

Mais petit à petit, l’idée de relever le défi a germé. Le 15 avril, elle prendra le départ de la course. Mais cette fois-ci, sans l’aide du toutou.

Dimanche 15 avril, course Alençon-Médavy. Renseignements sur www.alencon-medavy.fr

Advertisement
Advertisement
⬇⬇Abonnez-vous à la chaîne Youtube⬇⬇ ➡



Pour ceux qui ne comprennent pas la fibromyalgie n'ignorez pas ces symptômes mortels de la fibromyalgie La costochondrite, cause de douleurs thoraciques chez les patients atteints de fibromyalgie Le mystère de la fibromyalgie est enfin résolu! II Fibromyalgie La fatigue liée à la fibromyalgie est plus que la simple fatigue

Leave a Reply

Your email address will not be published.